Korompa (Dolná Krupá) et Marie Henriette Chotek

Dolná Krupá est aujourd’hui un petit village de Slovaquie, dans la région de Trnava, à 70 km au nord-ouest de Bratislava. À l’époque de l’empire austro-hongrois, ce bourg portait le nom de Korompa et la famille Chotek y avait un château célèbre, dans les années 1900, pour sa roseraie…

marie_henriette_chotek-01_wpMarie Henriette Chotek (de son vrai nom, Henrieta Hermína Rudolfína Ferdinanda Marie Antonie Anna Chotková of Chotkov and Vojnin) voit le jour le 24 novembre 1863 au château de Unter-Korompa.

Fille ainée de Rudolf Chotek von Chotkov und Vojnín (1822-1890) et de Marie von Khevenhüller-Metsch (1838-1892), elle a deux sœurs et un frère. Mais de caractère plutôt solitaire – elle ne se marie pas -, Marie Henriette n’est guère portée vers les activités de la haute aristocratie; et même si sa cousine Sophie devient l’épouse (morganatique) de  l’archiduc François-Ferdinand, l’héritier du trône de l’empire austro-hongrois,  Marie Henriette ne fréquente que peu la Cour Impériale; ce qui ne l’empêchera pas de s’occuper de l’éducation de son neveu et de sa nièce, dans le château familial de Korompa, lorsque leurs parents seront assassinés à Sarajevo le 28 juin 1914.

À la mort de son père, en 1890, Marie Henriette hérite du château qu’elle apprécie et auquel elle se consacre alors. Sa grand-mère lui a transmis sa passion pour les roses – le parc possède d’ailleurs quelques rosiers – et elle décide de créer un jardin de roses comparable aux plus grands de l’Europe d’alors : L’Haÿ, bien sûr, mais aussi Sangerhausen et, un peu plus tard, La Malmaison, deviendront donc ses références.

  • Le château de Korompa en 1902
  • La roseraie
  • La roseraie
  • Les jardiniers et leurs aides, vers 1910

(photos fournies par Stanislav Petráš)

En outre, elle œuvre à l’obtention de nouvelles roses et ses résultats sont remarquables. Sa roseraie prend une nouvelle ampleur en 1910, après le décès de Rudolf Geschwind, lorsqu’elle acquiert une partie de la collection de celui-ci – plus de 2 000 plantes -, incluant plusieurs cultivars qui n’ont pas encore été commercialisés. La comtesse Chotek fournit certaines de ces variétés à la roseraie de Sangerhausen et tout probablement à Jules Gravereaux pour celle de l’Haÿ, ce dernier lui procurant de son côté plusieurs de ses propres obtentions – en particulier les hybrides de rugueux. Au moment de la reconstitution de la roseraie de La Malmaison, Jules Gravereaux met à la disposition de la comtesse le double des roses dites de Joséphine; elle les regroupe dans un jardin qui leur est dédié.

Rose Comtesse Maria Henrietta Photo : Szilvester Győry

Rose Comtesse Maria Henrietta
Photo : Szilvester Győry

Des rosiéristes et rhodologues réputés, tels Johannes Böttner, Hermann Kiese, Wilhelm Kordes ou Peter Lambert reconnaissent son mérite; et quelques roses portent son nom :

  • Gräfin Chotek (Herman Kiese, 1911)
  • Gräfin Marie Henriette Chotek (Peter Lambert, 1911)
  • Marie Henriette Gräfin Chotek (Peter Lambert, 1911)
  • Rosengräfin Marie Henriette (Kordes, 2013)

medaille-chotek-1b_wpPour honorer ses plus importantes relations, Marie Henriette Chotek crée un « ordre maison » et le décerne en 1913 à Jules Gravereaux, Wilhelm Kordes et Peter Lambert; ils seront les trois seuls à le recevoir…

La Première Guerre mondiale amène la comtesse Chotek à travailler comme infirmière dans un hôpital voisin et à délaisser le parc. À la fin de la guerre, l’empire austro-hongrois a disparu, la roseraie a été détruite et la ville de Korompa (ou Krompach) fait alors partie de la Tchécoslovaquie sous le nom de Dolná Krupá. ZNÁMA NEZNÁMA_SPRIEVODCAZNÁMA NEZNÁMA_SPRIEVODCAMarie Henriette Chotek cherche à reconstruire la roseraie et, afin de payer l’entretien de ses collections, elle crée une pépinière de rosiers pour le commerce; son catalogue – Rosensorten- und Preislist , Marie Henriette Chotek – paraît en 1929 et 885 variétés de roses y apparaissent. Mais malgré ses efforts, la comtesse doit faire face à de graves difficultés financières en 1934… et laisser décliner la roseraie, laquelle disparaîtra complètement lors de la Seconde Guerre mondiale.

Marie Henriette Chotek décède le 13 février 1946, à Dolná Krupá.

chotek-marie-henriette-monogramme-1_wp

Sources et références :

Joyaux, François. Roses de L’Haÿ à Dolna Krupa. Rosa Gallica no 43, janvier 2007.

Petráš, Mgr Stanislav. Známa neznáma alebo odkrývanie príbehu ružovej grófky – sprievodca výstavou sprístupnenou v rodinnom mauzóleu Chotekovcov.

Personalnachrichten. Die Gartenwelt. 19-07-1913.

Journée mondaine – Échos de Vienne. Le Matin. 21-03.1899.

Finnish Rose Society. Die Rosengräfin Marie Henriette von Chotek. http://www.ruususeura.fi/c-englanti/Articles/Unmuth/chotek-1.html

Familypedia. Rudolf Chotek von Chotkov und Vojnín. http://familypedia.wikia.com/wiki/Rudolf_Chotek_von_Chotkov_und_Vojn%C3%ADn_(1822-1890)

Wikipedia. Marie Henrieta Chotek. https://en.wikipedia.org/wiki/Marie_Henrieta_Chotek