La médaille d’or de la ville de Paris (1909)

1909-06-26 Bulletin municipal officiel (Titre)_wp

31. – Attribution d’une médaille d’or à M. Gravereaux

M. Quentin-Bauchart — Messieurs, la roseraie créée à Bagatelle en 1906, actuellement en pleine floraison, fait l’admiration de tous. Votre jury du concours de la rose qui s’y est récemment transporté et qui a pu juger de l’effort tenté, n’a pas ménagé aux organisateurs ses félicitations et ses encouragements.

Or, cette roseraie a été créée par les soins de M. Jules Gravereaux d’accord avec M. Forestier, notre dévoué conservateur du bois de Boulogne. M. Gravereaux y planta plus de quinze cents espèces prises parmi les dix mille variétés de sa célèbre roseraie de L’Haÿ.

Ce cadeau princier fut accepté par une lettre du Préfet de la Seine qui disait ceci :

« J’ai l’honneur d’accepter au nom de la ville de Paris le don gracieux que vous voulez bien lui faire et qui permettra aux Parisiens et aux visiteurs de France et de l’étranger ainsi qu’à tous ceux qui s’intéressent aux fleurs, de connaître les si belles collections que vous avez réunies.

« Je suis heureux que Bagatelle puisse en cette occasion servir à rendre vos longs travaux utiles à tous, et particulièrement à Paris, en mettant sous les yeux du publie les résultats de l’œuvre, très complète, que vous avez su mener à bien à L’Haÿ. »

Messieurs, aujourd’hui que la tentative a pleinement réussi, que chacun peut juger de la générosité de l’habile rosiériste, créateur de la roseraie de Bagatelle, il serait parfaitement injuste que la ville de Paris ne récompensât pas d’une façon exceptionnelle le généreux donateur à qui nous devons une des curiosités du bois de Boulogne.

J’ai donc l’honneur, au nom de mon collègue Paul Escudier et au mien, de vous demander, d’accord avec M. le Préfet de la Seine, de décider qu’une médaille d’or serait, par les soins du Bureau, attribuée à M. Jules Gravereaux par la ville de Paris, pour le remercier de ce qu’il a fait pour elle.

Je suis persuadé, Messieurs, que je réunirai l’unanimité d’entre vous.

M. Paul Escudier. — Messieurs, je viens appuyer la proposition de mon collègue Quentin-Bauchart, à laquelle j’ai voulu m’associer, car elle a pour but de rendre hommage à la généreuse initiative de M. Gravereaux, dont tous les Parisiens amis des roses ont approuvé le projet et qui a contribué à l’embellissement de notre beau domaine de Bagatelle.

M. le Préfet de la Seine. — J’ai à peine besoin de vous dire, Messieurs, que je joins mes instances les plus vives à celles de l’honorable M. Quentin-Bauchart et je pense que c’est d’un sentiment unanime que le Conseil accueillera les conclusions qui lui sont présentées.

Adopté (1909, C.)


Dans la presse…

1909-1911 Journal des roses.pdf 1909-12-15 La vie à la campagne pLXVI_wp

     Journal des Roses, septembre 1909           La vie à la campagne, 15 décembre 1909