Aux noms de la rose…

1902 RdlH - Catalogue p91A_wp

Jules Gravereaux a créé plus d’une centaine de roses et il a donné à celles-ci le nom de membres de sa famille, d’amis ou de personnes connues, ainsi que de certains lieux ou évènements.

Diverses recherches ont permis d’identifier, de façon certaine ou probable, les personnes visées…

Si vous avez des informations permettant de corriger ou compléter les indications ci-après, veuillez communiquer avec Jean-Luc Marret.

Rose à parfum de L’Haÿ.
Roseraie de L’Haÿ –
Les roses cultivées à L’Haÿ en 1902.

 Amélie Gravereaux  ou Amélia Gravereaux

Amélie Gravereaux (1885-1960), la fille cadette de Jules Gravereaux; appelée, dans la famille, la tante Lily.

Château de la Juvénie

Le nom de cette rose a-t-il un lien avec le château, situé sur la commune de Payzac, dans le nord de la Dordogne?

Daniel Lesueur

Nom de plume de Jeanne Loiseau, poétesse, romancière (1860-1921).elle reçut deux prix de l’Académie française, l’un pour un roman « Le mariage de Gabrielle » et l’autre pour un recueil de poèmes « Fleurs d’avril ».

Domaine de Chapuis

Le nom de cette rose a-t-il un lien avec le Domaine de Chapuis à Pamfou (Seine-et-Marne), près de Valence-en-Brie?

Georges Cain

Georges Cain (1856-1919) était un peintre, un illustrateur et un écrivain passionné de l’histoire de Paris et de ses monuments, dans lesquels il a puisé son inspiration. Il a d’ailleurs consacré plusieurs pages de son livre « Environs de Paris » à la roseraie de L’Haÿ.

George Sand

George Sand (1804-1876), écrivain français, a écrit des romans, des nouvelles, des contes, etc.

Henri Gravereaux

Henri Gravereaux (1874-1953), le fils aîné de Jules Gravereaux, a fait sa carrière dans l’armée, y obtenant le garde de lieutenant-colonel.

Jardin de la Croix

Jeanne Gautier

Probablement Jeanne Le Bourguignon, mariée à Jacques Gautier, la grand-mère maternelle de Laure Thuillier (femme de Jules Gravereaux).

Juliette Ouvière

Juliette Ouvière, mariée à Maurice Fanet, dont le fils (Jacques Fanet) a épousé, beaucoup plus tard, la petite-fille (Jacqueline) de Jules Gravereaux; elle aurait donc probablement été une amie de la famille.

La France victorieuse

La rose «La France victorieuse» a été obtenue par la Roseraie de L’Haÿ en 1919, soit trois ans après la mort de Jules Gravereaux. Toutefois, le quotidien Le Figaro mentionnait, en 1915[1] : « Jules Gravereaux prépare une rose qui sera la plus belle rose de France : la rose de la Victoire ». Était-ce sérieux et les descendants de Jules Gravereaux auraient-ils décidé, pour faire honneur à la mémoire de celui-ci, de nommer ainsi une rose obtenue antérieurement?

Laure Gravereaux

Laure Gravereaux (1883-1962), la nièce de Jules Gravereaux (la fille cadette de son frère Narcisse).

Léon Kieffer

Léon Kieffer était rosiériste à Bourg-la-Reine; lorsqu’il devint membre de la Société Nationale d’Horticulture de France, en avril 1905, il fut présenté par Jules Gravereaux[2].

Les Rosati

C’est pour marquer son admission dans le cénacle des Rosati, gens de lettres et artistes qui se réunissaient sous l’égide de la Rose, que Jules Gravereaux leur a dédié cette rose. Elle fut présentée lors de l’inauguration du Théâtre des Roses, le 17 juin 1906.

Madame Alvarez del Campo

Blanche Gravereaux (1876-1968), mariée à Charles Alvarez Del Campo, était la fille de Jules Gravereaux.

Madame Ancelot

Probablement Louise-Marie Caillau (1856-1886), épouse de Charles Ancelot, dont la fille (Marthe) avait épousé le fils (René) de Jules Gravereaux.

Madame Ballu

Probablement Rose Thome (1848-???), mère de René Ballu, lequel avait épousé la fille (Amélie) de Jules Gravereaux.

Madame Bertaux

Pourrait faire référence à M. Henri Bertaux, deuxième chef de comptoir et « associé commanditaire » du Bon Marché à partir de 1880.

Madame E. Bonnevey

Paul Gravereaux, fils de Narcisse Gravereaux et neveu de Jules Gravereaux, avait épousé Marguerite Bonnevey. On peut donc penser qu’il s’agit de Caroline Genet, la mère de celle-ci.

Madame Caslot

Pourrait faire référence à Anselme Caslot, lequel a été gérant du Bon Marché, de 1910 à 1920.

Madame Christo-Christoff

M. Christo-Christoff est l’auteur d’une brochure « L’industrie des roses en Bulgarie », publiée en 1900; et l’on trouve, à Kazanlik, en Bulgarie, une usine d’extraction de l’essence de rose appartenant à un certain M. Christoff (de la même famille, peut-être!).

Madame Constans

Pourrait faire référence à Jean Antoine Ernest Constans, homme politique français né à Béziers (Hérault, le 3 mai 1833 et mort en 1913. De décembre 1898 à juin 1909, il fut ambassadeur à Constantinople; il était en outre franc-maçon.

Madame Henri Danet

Madame Dervieu

Pourrait faire référence à Maria Josepha Alvarez del Campo (sœur de Carlos Alvarez del Campo, gendre de Jules Gravereaux après son mariage avec Blanche Gravereaux). Celle-ci s’était mariée avec Paul Dervieu.

Madame Droussant

Madame Dubost

Pourrait faire référence à Antonin Dubost (1844-1921), homme politique français qui fut Sénateur de l’Isère, de 1897 à 1921 et Président du Sénat, de 1906 à 1920.

Madame Falcimaigne

Madame Fillot

Fait probablement référence à Narcisse Fillot, employé du Bon Marché, et assez proche ami de la famille pour avoir été le témoin à la naissance de cinq enfants de Jules Gravereaux (René, Blanche, Rose, Pierre et Madeleine). Entré au Bon Marché comme vendeur, en 1861, il a aussi été employé « intéressé » et « associé commanditaire » à partir de 1880; il fut nommé gérant en 1899.

Madame Maurice de Fleury

Pourrait faire référence à Maurice de Fleury (1860-1931), médecin spécialiste des maladies nerveuses et mentales, auteur de nombreux ouvrages et admirateur de Zola.

Madame Grasset

Pourrait être Ernestine Touchet (1854-1928), mariée à Georges Grasset, et fille de Désirée Gravereaux (la sœur de Jules Gravereaux). En outre, Maurice Grasset, fils de Georges Grasset, avait épousé Laure Gravereaux, fille de Narcisse Gravereaux (le frère de Jules Gravereaux).

Madame Henri Gravereaux

Jeanne Laborie (1878-1951), épouse de Henri Gravereaux (1874-1953), le fils aîné de Jules Gravereaux; la bru, par conséquent, de Jules Gravereaux.

Madame Jules Gravereaux

Laure Thuillier (1852-1932).

Madame Narcisse Gravereaux

Mathilde Thuillier, belle-sœur (doublement) de Jules Gravereaux. Le frère de Jules, Narcisse, avait en effet épousé la sœur de sa femme Laure.

Madame Paul Gravereaux

Marguerite Bonnevey (1881 -1971), épouse de Paul Gravereaux; celui-ci étant le neveu de Jules Gravereaux.

Madame René Gravereaux  ou Madame Renée

Marthe Ancelot (1881-1972), épouse de René Gravereaux, le fils de Jules Gravereaux.

Madame Hofèle

Madame Laborie ou Madame Labori

Probablement la mère de Jeanne Laborie, laquelle avait épousé le fils (Henri) de Jules Gravereaux.

Madame Lagrange

Madame Langlois

Madame Eugène Langlois

Marie Gravereaux (1872-1961), épouse d’Eugène Langlois. Son père, Narcisse, était le frère de Jules Gravereaux et sa mère, Mathilde Thuillier, était la sœur de Laure Thuillier, l’épouse de Jules Gravereaux.

Madame Leloir

Probablement Louise Thuillier (1859-1936), la belle-sœur de Jules Gravereaux.

Madame Levasseur

Probablement Jeanne Caillault (1854-1920), épouse de Jules Levasseur, celui-ci étant le cousin de Jules Gravereaux.

Madame Lucet

Pourrait référer à Émile Lucet, Officier d’Académie et membre de la Société entomologique de France, lequel a publié, en 1900, le livre « Les Insectes nuisibles aux Rosiers sauvages & cultivés en France. Descriptions et Mœurs. – Dégâts. – Moyens de destruction ».

À moins que ce ne soit à Ernest Lucet, employé du Bon Marché, entré en 1871 et gérant de 1899 à 1912.

Madame Molé-Truffier

Serait probablement Marie Molé-Truffier, contralto, qui interpréta plusieurs rôles à l’Opéra-Comique. Née en 1861, elle était presque du même âge que Louise Thuillier, la belle-sœur de Jules Gravereaux, laquelle était pianiste (1er Prix du Conservatoire) et joua elle aussi à l’Opéra-Comique. Elle interpréta plusieurs chansons dans le théâtre des Roses lors de la promenade-conférence de l’Université des Annales, le 6 juin 1910.

Madame Albert Montet

Fait référence à Charles Albert Léonard (dit Albert) Montet, employé du Bon Marché, et assez proche ami de la famille pour avoir été le témoin à la naissance de cinq enfants de Jules Gravereaux (René, Blanche, Rose, Pierre et Madeleine). Il a aussi été employé « intéressé » du Bon Marché et « associé commanditaire » à partir de 1880.

Madame Morin

Probablement en référence à François Émile Morin, employé au Bon Marché, et assez proche ami de la famille pour avoir été le témoin de la naissance de René Gravereaux, le fils de Jules Gravereaux. Entré au Bon Marché comme vendeur, en 1856, il a aussi été employé « intéressé » et « associé commanditaire » à partir de 1880; il fut gérant de 1893 à 1899.

Madame Ouvière

À ne pas confondre avec Juliette Ouvière, les deux ayant été honorées par des roses différentes, et décrites dans l’inventaire de 1902. Serait-ce en référence à M. Louis Ouvière, chef de comptoir et « associé commanditaire » du Bon Marché à partir de 1880.

Madame Louis Plassard

Louis Plassard, était parfumeur à Paris (rue du 4 septembre); il a créé, vers 1908, un parfum appelé « Les roses de L’Haÿ ».

Madame Raymond Poincaré ou Madame Poincaré ou La Rose de Madame Raymond Poincaré

Hubert Gravereaux raconte l’anecdote suivante :

« Un matin, Jules Gravereaux sort de son laboratoire, radieux, tenant entre ses mains une rose splendide; il avise une jolie femme qui se promène seule parmi ses parterres :

Madame Raymond Poincare (1914-06 Journal des roses)_wp1– Madame! Veuillez m’excuser, mais voudriez-vous en être la marraine?
– Bien volontiers, cher Monsieur.
– Puis-je savoir votre nom?
– Madame Raymond Poincaré, pour vous servir. »

Selon Raymond Poincaré (dans ses mémoires), c’est à la demande de celle-ci que fut installée, en 1914, la roseraie du Palais de l’Élysée. Et lui-même, alors président de la République, donna, la même année, l’autorisation à la commune de s’appeler L’Haÿ-les-Roses.

Madame Julien Potin

Julien Potin, propriétaire du château de Dampont, possédait également une propriété à Neuilly Saint-James (boulevard Richard Wallace) avec une roseraie conçue par Jules Vacherot, architecte-paysagiste et jardinier en chef de la ville de Paris.

Madame Ricois

Fait probablement référence à Ernest-Félix Ricois. Celui-ci était entré au Bon Marché en 1871, y avait été chef de comptoir, puis « associé commanditaire » à partir de 1880 et enfin gérant, de de 1893 à 1910. Il a été témoin au mariage de Henri Gravereaux (le fils de Jules Gravereaux) en 1902.

Madame Roiffé

Madame Ruau

Fait référence à Joseph Ruau, ministre de l’Agriculture entre 1905 à 1910.

Madame Savary

Madame André Theuriet

André Theuriet, poète, académicien, a été maire de Bourg-la-Reine de 1896 à 1900. Il a écrit plusieurs articles sur la roseraie de L’Haÿ, en particulier dans « Le Journal » et «Les Annales poétiques ». On lui doit également l’avant-propos de l’inventaire des Roses de L’Haÿ en 1900.

Madame Tiret

Pourrait faire référence à Camille Tiret, inspecteur au Bon Marché qui a aussi été « associé commanditaire » du Bon Marché à partir de 1880.

Madame N. Touchet

Narcisse Touchet était le neveu de Jules Gravereaux (le fils de sa sœur Désirée).

Madame Verdin

Madame Lucien Villeminot

Madeleine Gravereaux (1881-1968), la fille de Jules Gravereaux.

Madeleine Fillot

Fait probablement référence à Narcisse Fillot, employé du Bon Marché, et assez proche ami de la famille pour avoir été le témoin à la naissance de cinq enfants de Jules Gravereaux (René, Blanche, Rose, Pierre et Madeleine). Entré au Bon Marché comme vendeur, en 1861, il a aussi été employé « intéressé » et « associé commanditaire » à partir de 1880; il fut nommé gérant en 1899.

Madeleine Gravereaux

Madeleine Gravereaux (1881-1968), la fille de Jules Gravereaux. Une autre rose lui a été consacrée : Madame Lucien Villeminot.

Madeleine Orosdy

Mademoiselle Lemoyne

Maria Star

Monsieur Bienvêtu

Fait certainement référence à Gustave Bienvêtu (1877-1914), artiste peintre qui peignit des fleurs, dont plusieurs fois des roses; une de ses œuvres connues est Vase de rose, peinte en 1903. Certaines de ses peintures – des Études de rose en plein air – faisaient partie de la collection du Musée de la roseraie de L’Haÿ.

Petite Françoise

Françoise Gravereaux (1914 – 2009 ), fille de René Gravereaux, et donc petite-fille de Jules Gravereaux; surnommée dans sa famille « Puddy ».

Potager du Dauphin

Le nom de cette rose a-t-il un rapport avec le parc qui se trouve au centre de Meudon (département des Hauts-de-Seine)?

Régina Badet

Anne Régina Badet (1876-1949) fut une danseuse (première ballerine au Grand Théâtre de Bordeaux) et une actrice de cinéma française. Elle dansa probablement dans le Théâtre des Roses : Un « document au charme désuet et quelque peu baroque nous montre la célèbre ballerine Régina Badet dansant à la gloire de la rose qui porte son nom » (1982. Vivre à L’Haÿ).

Rose à parfum de L’Haÿ ou Parfum de L’Haÿ

S.A.R. Ferdinand 1er

Ferdinand 1er (1861-1948) fut roi (tsar) de Bulgarie de 1908 à 1918. En 1901, à la demande du ministère de l’Agriculture, Jules Gravereaux effectue, dans les Balkans (et en particulier en Bulgarie), une mission sur la culture des roses. Et lorsque le roi Ferdinand 1er et son épouse (la reine Éléonore) feront une visite officielle en France, il fera partie des quelques personnes qui les guideront, le 24 juin 1910, dans la roseraie de Bagatelle; la revue l’Illustration du samedi 2 juillet 1910 montre, sur sa page couverture, une photo de Jules Gravereaux présentant une rose au roi et à la reine des Bulgares.

S.M.I. Abdul-Hamid

Probablement le sultan Abdülhamid II, né le 21 septembre 1842 à Constantinople et mort le 10 février 1918 dans la même ville.

Souvenir de Madame André Theuriet

André Theuriet, poète, académicien, a été maire de Bourg-la-Reine de 1896 à 1900. Il a écrit plusieurs articles sur la roseraie de L’Haÿ, en particulier dans Le Journal et Les Annales politiques et littéraires. On lui doit également l’avant-propos de l’inventaire des Roses de L’Haÿ en 1900.

Souvenir de Madame Campenon

Serait-ce en référence à monsieur Victor Campenon, parrain de Amélie Gravereaux (et témoin à son mariage), la fille de Jules Gravereaux?

Souvenir de Madame Fillot

Fait probablement référence à Narcisse Fillot, employé du Bon Marché, et assez proche ami de la famille pour avoir été le témoin à la naissance de cinq enfants de Jules Gravereaux (René, Blanche, Rose, Pierre et Madeleine). Entré au Bon Marché comme vendeur, en 1861, il a aussi été employé « intéressé » et « associé commanditaire » à partir de 1880; il fut nommé gérant en 1899.

Suzanne Leloir

Suzanne Leloir (1883-1981) était la nièce de Jules Gravereaux (la fille de Louise Thuillier, sœur de sa femme Laure). Lors de la représentation de l’opéra-ballet « Le Temple des Roses ou Le Triomphe du Dieu Pan », donnée le 23 juin 1907 au Théâtre des Roses, elle interpréta le rôle de Lycas, le berger.

Villa Andrée

Villa des Tibylles

Roses de Malmaison - p40_wp

[1] Le Figaro, 15 octobre 1915. La Renaissance politique, littéraire et artistique (le 10 juillet 1915) y faisait également allusion…

[2] Journal de la Société Nationale d’Horticulture de France; 4e série – Tome VI, janvier 1905, p. 221.