Un Gravereaux en Russie

On ne lui connaît aucun lien avec la famille Gravereaux dont il est question sur ce site, mais, pour le plaisir, voici ce que l’on peut lire dans le dictionnaire des « Français en Russie au XVIIIe siècle » :

Gravereaux (Benoît)

Français, né à Paris entre 1695 et 1700. Il avait épousé Élisabeth Vassoux, née à Paris en 1699 ou 1700 (fille de Jacques Vassoux, fondeur de Paris) dont il n’eut pas d’enfant. Il mourut après trois jours de maladie à Saint-Pétersbourg le 4/15 avril 1766.

Maître lapidaire joaillier et tailleur de diamants, il était arrivé à Saint-Pétersbourg en septembre 1717, ayant été engagé par Pierre le Grand. Il assista à l’assemblée de la nation française du 1er mai 1720 ; il était toujours présent à Saint-Pétersbourg en avril 1746 et portait alors le titre de joaillier de la cour. À partir de 1731, il enseigna son métier à Jérémie Pozier, Suisse, qui devint l’un des plus célèbres joailliers russes au XVIIIe siècle

C’était un homme étourdi et un ivrogne, mais de grand talent ; il arrivait qu’il travaillât sous la surveillance de l’impératrice elle-même. Il habitait lors de sa mort dans la maison de Vichov, marchand russe, située vis-à-vis de l’Amirauté. Sa fortune était alors estimée à environ 9 700 R.


Source: AN AE BI 983 f° 61 ; AN Mar B7 355, état des Français catholiques romains en Russie en 1746 ; MAE Nantes, consulat de Saint-Pétersbourg, succession Benoît Gravereaux, 1769.

M.N.Lopato. Zametki o juvelirnom dele Peterburga pervoj poloviny XVIII veka.Problemy russkoj kul’tury XVIII veka. Konferencia pamiati N.V.Kaliazinoj. Kratkoe soderzanie dokladov. SPb., 2001. P. 58-63.

Ce contenu a été publié dans Les Gravereaux. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *